O'zons

Sea sex and sun



Ça y est c’est l’été, et pendant que vous « larvez » comme des zombies sur les plages, ou plutôt chez vous parce que les vacances sont désormais réservées aux millionnaires, le gouvernement continue de vous examiner la prostate. Eh oui, c’est toujours à cette période ensoleillée pour les caisses de l’état et de leurs amis que les augmentations arrivent et qu’on vote les lois impopulaires, les retraites, les radars, les dégraissages dans l’éducation nationale... Mais c’est surtout, encore et toujours les présidentielles qui occupent l’esprit de nos élus mythomanes.

On aurait pu croire, mais juste cinq minutes, faut pas déconner, que le grand débat sur le cannabis reviendrait en force. Mais suite aux propositions de Daniel Vaillant, c’est plutôt un raz de marée de réactions hypocrites et électoralistes qui ont eu lieu. Pourtant, le fait que ce soit l’ex ministre de l’intérieur de Jospin qui prône la légalisation, au lieu d’un hippie rescapé de Woodstock aurait dû éviter ce festival de conneries. Mais non, « on veut distribuer la drogue dans les écoles », ça va de soi, on pense même à en mettre dans le lait en poudre, « ça va augmenter la consommation de drogues dures », c’est évident, s’il n’y a plus de café au supermarché, on achète du whisky. Le plus sidérant dans tout ça, c’est le fait de toujours ramener le problème aux jeunes, comme si c’étaient les seuls à fumer. On rappelle à tout hasard que l’alcool et le tabac ne sont pas vendus aux mineurs et qu’il en serait de même avec le cannabis. Bref, du grand n’importe quoi et une tendance stupide à aborder la question en termes de morale, au lieu d’être pragmatique : légaliser le cannabis nuirait au trafic de cannabis, mais on nous parle de trafic d’héroïne. Logique : supprimons le vaccin contre la grippe, il est inutile puisqu’il ne guérit pas le sida. Dépensons des millions pour la lutte contre les stupéfiants, même si ça ne sert à rien, c’est moral, au lieu de penser aux millions qui rentreraient avec la vente légale de cannabis. C’est vrai que l’alcool, le tabac, les armes, la prostitution, c’est vachement moral. Nos politiciens pensent aux sondages, la majorité est contre, soyons contre. Courage, fuyons.

L’autre grand sujet c’est les primaires socialistes, oui on n’a pas fini d’en parler. Autant de rebondissements qu’un épisode de 24 heures chrono. DSK, le Jack Bauer de la baise revient peut-être, ses amis ne savent plus qui soutenir, dans ce joyeux bordel. Les autres font la tournée de leurs fans en vendant des packs militants, quel talent, quel audace, quelle vista politique, quelle bande de nases. Les verts semblent bouder Hulot, mais on s’en fout parce qu’ils vont encore faire un bide. Apparemment, les Français préfèrent Marine en troisième homme, parce que le nazisme c’est classe. Ah ! Un SMS de Claude Guéant et de maître Collard, qui approuvent cette phrase.

Sarko panique, alors il multiplie les tournées, tout sourire, la cool attitude, pour faire oublier que sa popularité décroissante l’emmène tout droit à la Ferme Célébrités, ou a un saisissement par le colback d’un employé de mairie pas content, pendant ledit déplacement provincial. Pendant ce temps, Christine Lagarde vient exhiber ses foulards Hermès au FMI, 31700 euros par mois pour ce faire, quel talent ; et Xavier Bertrand, alias Lassie chien fidèle, nous explique qu’il faut travailler plus longtemps. Pourquoi ? Mais parce qu’on vit plus vieux, bordel ! Suivez un peu, quoi ! Et aussi parce que l’été il fait trop chaud, parce que Sarkozy va être Papa, parce qu’on le vaut bien, parce que le Prince de Monaco a épousé une femme, bref, que des liens de cause à effet indiscutables. Tout cela fait sûrement partie des grands sujets qui préoccupent les français, c’est Coppé qui dit ça, selon lui et contrairement aux socialistes, ils sont en plein travail sur tous ces sujets, principalement « la laïcité et l’immigration », non, pas le pouvoir d’achat, les français s’en foutent complètement, comme de Coppé d’ailleurs. Ils ne sont non plus pas préoccupés par l’augmentation imminente des prix de l’essence, selon le patron milliardaire et exonéré d’impôts sur les sociétés de Total, son entreprise s’écroule si les prix restent les mêmes. C’est sûr, ils sont au bord de la faillite, allez soyons généreux, un euro ou deux pour Total, c’est pour manger.

Le NPA présente un inconnu à casquette, bonne idée, ils auraient aussi pu faire comme le PC, rallier Mélenchon et, éventuellement, faire un score qui leur rapporte quelques députés, mais bon, gagner c’est un truc de capitalistes, pas cool, tu vois. Bon, ok, Mélenchon ne décolle pas dans les sondages, mais sérieusement, ça devient lassant leurs sondages à la con. Pour qui aller vous voter en 2012 ? Moi je ne sais pas qui est candidat et j’ai pas lu leur programme, apparemment ceux qui y répondent sont mieux informés que moi. Ce que j’aimerais bien, moi, c’est que les commentateurs ferment leur gueule de je sais tout parce que je parle avec l’univers, en vue de gagner leur concours de bites, celui qui a la plus grosse étant celui qui ne s’est pas planté dans ses prédictions de Madame Irma.

Bref, on nage dans les marécages boueux de l’incertitude quant au résultat de cette future présidentielle et pour l’instant, comme disait Jean Gabin, après avoir lu Socrate : tout ce que l’on sait c’est que l’on ne sait rien.

dimanche 10 juillet 2011