O'zons

MARILLION/ZZ TOP/ LOU DOILLON



MARILLION : Sounds that can’t be made >Neo Prog/ Pop Rock/ Soft Rock

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Marillion est le fer de lance d’un mouvement né dans les années 80, marquant le renouveau du rock progressif est appelé Neo Prog. Avec son chanteur charismatique, Fish (oui, Poisson) les britanniques ont lâché quatre chef-d’œuvres à découvrir de toute urgence. Marillion a par la suite abordé les années 90 et les suivantes, en s’orientant vers un son plus pop, sous l’impulsion de Steve Hogarth, délaissant les envolées lyriques et désespérées de leur excentrique leader, ainsi que les attaques de basse de Pete Trewavas, pour un chant plus épuré et un son plus posé, oubliant l’influence de Genesis, pour se rapprocher des atmosphères à la U2, en plus complexe. Sounds that can be made ne fait pas exception à cette règle, délivrant un rythme lent et planant, toujours agrémenté des magnifiques nappages de guitare de Steve Rothery et de ses soli cosmiques. Le dernier Marillion est de qualité, même si seulement deux titres se distinguent du long morceau d’ambiance qui les entoure, très loin des séismes de l’ère Fish, mais pas dénués d’émotion, dès que Hogarth se fait moins lisse.

ZZ TOP : La futura

>Blues Rock

Enfin de retour, les barbus ne font pas dans l’explication de texte intellectuelle pour se définir : « Same 3 guys, same 3 chords » (les trois mêmes gars, les trois mêmes cordes). Non, rien de nouveau sous le soleil du Texas, mais que demander de mieux que les riffs imparables et les soli inspirés et nerveux de Billy Gibbons. C’est carré, c’est bon, c’est ZZ Top.

LOU DOILLON : Places

>Folk Rock/Pop

Bon, c’est ennuyeux, on était parti pour massacrer, mais après avoir écouté, c’est difficile. Aussi surprenant que ça puisse paraître, la deuxième fille Birkin est bien plus intéressante que la première. Non seulement elle chante mieux, mais en plus elle compose. Doillon nous pond un disque sympathique, très New York fin seventies. Malgré un manque de variété sur le plan mélodique et une relative simplicité des compos, ça reste plutôt mignon et carrément adapté aux petites soirées relax. Cool.

mardi 18 septembre 2012