O'zons

LES POLITOCARDS : AU MITARD

KOUCHNER : TRAÎTRE SANS FRONTIÈRES

Le portrait politique vitriolé


Ça avait pourtant bien commencé : médecin, engagé dans l’humanitaire, initialement communiste, fondateur de Médecins Du Monde et Médecins Sans Frontières… Comment ce mec a-t-il pu rallier Sarkozy, aussi fier de son ignoble trahison que Judas, roulant une pelle à Jésus avant de le vendre à Ponce Pilate ? Sa carrière électorale s’étant soldée par pas mal d’échecs et ses expériences ministérielles étant assez courtes, changer de camp pour revenir au pouvoir, c’est con mais il fallait y penser. Il est intelligent ce Bernard.

Comment cette icône de la gauche, qui a mis en place la CMU, a pu changer à ce point ? En fait, pas besoin de chercher très loin. Son couple ultra pipole avec Christine Ockrent (on ne voit pas ce qu’il a de si glamour) et ses innombrables apparitions télé, sont des signes précurseurs. Au passage, notons que Dame Christine a toujours refusé de démissionner, même quand son homme était ministre, mais bon. Kouchner a toujours aimé les media et a même participé à la création de L’Evénement Du Jeudi. Pour l’instant, pas de quoi fouetter un chat. Soulignons au demeurant, le calvaire de ce pauvre animal, qui se fait allègrement torturer à la moindre polémique. C’est dégueulasse, mais moins que Kouchner.

NANARD L’AMBIDEXTRE

Non, ce n’est pas vraiment une nouveauté de voir Bernard loucher à droite, au point de se faire mal aux yeux. En 1995, alors qu’il était encore au PRG avec Tapie (faut croire que les Nanards se suivent), il était pour la réforme de la sécu. Oui, la même que cette pute de Juppé a voulu imposer au peuple, en grève pour l’occasion. Kouchner a le socialisme élitiste, une maladie vénérienne qui se contracte à force de trop sucer la droite. On n’est pas dans la trahison mais dans le coming-out : pour le CPE, la privatisation d’EDF, pour Sarko face aux sans-papiers, niant la dictature birmane, pour une alliance avec Bayrou avant le deuxième tour, pour la guerre en Irak et déjà prêt à être au gouvernement UMP en 2006. En fait, c’est simple, Bernard a toujours été de droite, il s’est trompé de parti. Comme Mitterrand avait commencé à droite, Kouchner l’a suivi, on aurait dû lui dire que Tonton avait changé entre-temps. C’est ballot, mais le tir est rectifié, bon débarras.

jeudi 15 mai 2008