O'zons

INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL

(INDIANA JONES AND THE KINGDOM OF CRYSTAL SKULL, USA 2008) AVEC HARRISON FORD, CATE BLANCHETT, SHIA LABEOUF, KAREN ALLEN…



Déjà beaucoup d’encre et de fiel ont coulé à propos du quatrième Indiana Jones, qui a apparemment déçu beaucoup de blasés du cinéma, incapables de sentir un chef-d’œuvre alors qu’ils l’ont sous le nez. Le professeur Jones qui refuse de crever, est de retour dans les années 50 à la recherche du mystérieux crâne de cristal, qui même dans la réalité, continue de susciter des interrogations. Affublé de son fils caché, il va parcourir le Pérou, à la recherche des secrets Mayas.

Mais que demande le peuple ? Ou plutôt la critique ? Une intro sublime, hommage à American Graffiti de George Lucas, créateur d’Indiana, un décor de chasse aux sorcières communistes, de débuts du rock, avec hommage à Brando, de méchants soviets du KGB et de retombées atomiques éventuelles. Ça c’est pour le fond, avec en prime un scénar hypnotisant (de David Koepp qui a fait Hypnose justement ; et accessoirement Spider-Man) qui exploite la légende du crâne jusqu’au secret final, qui boucle la boucle de l’œuvre du maître. Spielberg, bien-sûr, l’homme à la caméra d’or, aussi à l’aise dans le pop-corn que dans l’intello, image léchée comme toujours, effets de styles fascinants, rythme effréné. Ajoutez à cela la classe de monsieur Ford, la rébellion juvénile de Shia LaBeouf, le charme rétro de Karen Allen, qui nous renvoie aux précédents opus, les clins d’œil et l’humour subtil, on obtient la perfection , tout simplement.

jeudi 26 juin 2008